Partagez !
Share On Facebook

Tai Chi Chuan Bruxelles / Histoire du tai Chi Chuan (2)

 

L’ÉCOLE EXOTÉRIQUE

 

NB : Exotérique : en parlant d’enseignements donnés aux non initiés : qui peut être divulgué, enseigné publiquement. Antonyme : ésotérique, occulte (source Centre national de ressoucres Lexicales)

 

 

Tai Chi Chuan Bruxelles / Shaolin 1

 

 


 

 

 

Par école exotérique on entend la plupart des techniques de combat assez violentes, du genre de ce qu’on appelle en France le gongfu, la plus prestigieuse d’entre elles étant la Boxe du Shaolin (Shaolin quan). Le temple Shaolin, désormais bien connu des tours operators, est situé dans le nord-ouest de la province du Henan, non loin de la ville de Luoyang et près du district Deng­feng. Il aurait été édifié par Foto (Buddhajiva), moine venu de l’Inde, la dixième année de l’ère Taihe, soit en 495. Ce temple, point de départ du bouddhisme chan en Chine (Zen en japonais), doit aussi sa célébrité à une solide réputation de centre d’arts martiaux qui y auraient été introduit par Bodhidarma.

 

Les différents écrits historiques du bouddhisme présentent Bodhidharma comme l’introducteur du bouddhisme chan en Chine et comme le premier patriarche de cette école dans l’empire du Milieu. Bien que son existence soit en fait controversée (vrai moine perse? indien? groupe de moines indiens?…) son nom fut par la suite définitivement lié à celui du temple Shaolin et on lui attribua la création d’une technique de combat ainsi que la rédaction de deux traités de techniques corporelles : le Traité d’assouplissement des muscles (Yi jin jing) et le Traité du lavage de la moelle épinière (Xi sui jing). Sans être en mesure de valider ces récits on ne  peut écarter lhypothèse d’une influence des techniques corporelles indiennes en Chine et de l’introduction de celles-ci au temple Shaolin, soit au temps de Bodhidharma (vers 500 PC) , soit plus tardivement.

 

Le rôle du temple Shaolin en tant que centre d’arts martiaux est attesté dès la fin de la dynastie des Sui (589-618) et les moines guerriers du temple Shaolin vont constamment apparaître sur la scène historique chinoise (en 619, soulevèment de Huairong en Mongolie, répression de la rébellion de Wang Shichong, révolte des boxeurs au 19ème siècle…).

 

Il est de fait que  l’orientation « externe » associée au Shaolin (en opposition au travail supposé « interne » associé au Tai Chi) se retrouve bien dans l’aspect que prend souvent les pratiques qui y sont liées, pratiques qu’on peut assimiler à un véritable travailTai Chi Chuan Bruxelles / Bruce Lee « de cirque » dont la démonstrativité est radicalement antynomique avec l’idée d’art du combat. La photo en haut en est un exemple amusant. Ce qui n’empêche pas les boxes dites « exotérique » d’être redoutables, comme Bruce Lee et Jackie Chan ont pu le démontrer.

 

 

Passages extraits  de « Tai Chi Chuan, art matial, techniques de combat » de Catherine Despeux, que nous conseillons à tous d’acheter et de lire (Editions Tredaniel).

 

 

 

 

Le style de l’homme ivre

 

 

 

 


Print This Page Print This Page Email This Page Email This Page

Autres cours au Dojo

Articles & Textes