Partagez !
Share On Facebook

Tai Chi Chuan Bruxelles / Histoire du Tai Chi Chuan / Taiji Quan style chen, yang wu

 

 

En dehors des légendes et traces historiques, il est attesté qu’au 19ème siècle le Tai Chi Chuan a été transmis au sein de familles qui en gardaient le secret. La famille Chen (dont est issu le style dit « Chen ») est la plus ancienne dont on peut repérer la trace. Tous les autres styles sont donc issus de cette même source.

 

 

 

L’ÉCOLE CHEN

 

Tai Chi Chuan Bruxelles / style chen / Bi Shen Chui)Le terme de Taiji quan n’est attesté par écrit qu’à la fin du XIXe siècle. Il se trouve utilisé dans un ouvrage (Dessins et Explications sur le Taiji quan / Taiji quan tushuo) écrit par un membre de la famille Chen, qui serait donc le berceau de cette technique. Chen Pinsan implique comme fondateur du tai Chi  un ancêtre de sa famille, Chen Wanting, qui sous la dynastie des Ming assuma en 1618 des charges militaires dans les provinces du Shandong, du Zheli et du Liaodong, avant de fonder, ayant quitter le service, une école de combat à main nue.

 

Le Taiji quan créé par Chen Wangting serait une synthèse de « l’enchaînement des poings » (pao quais) et de vingt-neuf des pos­tures décrites par un général des Ming, Qi Jiguang, dans son Traité de boxe (quanjing).

 

L’ÉCOLE YANG

 

La Famille Yang fut la source principale de la propagation du tai Chi Chuan, grâce à Yang Luchan, disciple de Chen Changxing. L’onglet suivant y est consacré….

 

L’ÉCOLE WU

 

Tai Chi Chuan Taiki Quan Bruxelles / Wu Jianquan

 

 

 

 

 

Cette école fut fondée par Wu Jianquan (1870-1942) qui avait appris la boxe avec son père Wu Quanyou, qui lui même avait été disciple de Yang Banhou (famille Yang). Il apprit donc le « petit enchaînement », aux mouvements plus resserrés. Ces mouvements resserrés et dans lesquels le tronc est plus incliné que dans l’école Yang, forment la particularité de l’école Wu.

 

En 1914, Wu Jianquan devint professeur d’arts martiaux à l’école de défense militaire du palais présidentiel et enseigna à la Grande École d’Éducation physique de Pékin. Il devint le directeur de « L’association des arts martiaux de Shanghai » en 1928.  Il donna ainsi naissance à une école, l’école Wu, qui jouit encore d’une très grande popularité : elle tient aujourd’hui la deuxième place après l’école Yang. Elle est très vivante notamment à Taiwan, Hong Kong, parmi les communautés chinoises de Singapour et du Brésil, et à Shanghai.

 

 

Tai Chi Chuan Taiki Quan Bruxelles / sun-lu-tang

 

 

 

 

 

 

Citons encore l’école de GUO WEIZHEN (1849-1920) qui modifia le Taiji quan qu’il’ avait appris en doublant pratiquement le nombre des postures de l’enchaînement et en pratiquant des mouvements encore plus circulaires et plus resserrés que ceux de l’école Wu et l’école de SUN LUTANG expert dans la « boxe des huit trigram­mes » (bagua quan) et la « boxe du corps et de la pensée » (xingyi quan) disciple de Guo Weizhen à la fin du XIXème siècle

(photo : SUN LUTANG)

 

 

Passages extraits et adaptés  de “Tai Chi Chuan, art matial, techniques de combat” de Catherine Despeux, que nous conseillons à tous d’acheter et de lire (Editions Tredaniel).

 

 

 

 

 

 

Print This Page Print This Page Email This Page Email This Page

Autres cours au Dojo

Articles & Textes